Du malaise de la “condition noire” dans la société française: une identité composite en mal d’intégration dans quelques romans africains contemporains

DATE : Automne 2011

À PARAÎTRE DANS : Nouvelles Études Francophones 26.2.

Les réflexions de Said sur l’identité dans Culture et Impérialisme nous incitent à explorer, dans cet article, la question de “la condition noire” – pour reprendre les propos de Pap Ndiaye dans son essai du même nom – dans Black Bazar d’Alain Mabanckou et Tels des astres éteints de Léonora Miano. S’inspirant des réflexions de l’anthropologue américain Clifford Geertz, Pap Ndiaye s’intéresse à la manière dont les Noirs pensent et conçoivent leur identité en France. Miano et Mabanckou, en prenant des personnages qui appartiennent à la minorité noire et qui combinent tant bien que mal “leur apparence noire et leur citoyenneté française” (Ndiaye 40) montrent, chacun à leur manière, que les fondements d’une diversité à la française sont problématiques. Quel est donc le poids que représente la couleur de la peau dans la société française et quels sont les rapports que “l’identité choisie” entretient avec “l’identité prescrite” (Ndiaye 46)?

This entry was posted in Articles. Bookmark the permalink. Both comments and trackbacks are currently closed.