“L’artiste en jeune homme: Une autre fiction ?”

DATE : 2007

PUBLIÉ DANS : J. M. Coetzee et la littérature européenne: Écrire contre la barbarie. Coord. par Jean-Paul Engélibert. Rennes: Université des presses de Rennes, 2007. 167-79.

RÉSUMÉ : Dans ses deux romans consacrés à sa jeunesse, Youth et Boyhood, scenes from a provincial life – dont le sous-titre porte la précision « a memoir » – J. M. Coetzee prend un malin plaisir à brouiller les pistes et à se raconter à la 3e personne : l’enfant qu’il est n’est jamais nommé mais le nom de sa famille, Coetzee, apparaît à plusieurs reprises. La veine autobiographique est irriguée par l’imagination et le doute est partout présent comme le fait si bien remarquer le personnage de Boyhood. J.M Coetzee semble mettre en place les prémisses d’une écriture autobiographique (sans en reprendre les principes) qui oscille entre vérité et reconstruction fictionnelle. Il réinvente une écriture de soi de l’entre-deux qui remet en question la sincérité du pacte autobiographique défini par Philippe Lejeune. Comment donc l’écrivain, ouvert à toutes sortes de voix, nous fait-il part de son moi intime ? Pourquoi donc J. M. Coetzee s’amuse t-il à brouiller le pacte romanesque et le pacte autobiographique en les confondant de la sorte ? C’est sur ces interactions entre fiction, autobiographie, mémoire et autofiction que nous nous proposons de réfléchir dans le cadre de cet article.

Trouver le livre sur Amazon.fr

This entry was posted in Articles. Bookmark the permalink. Both comments and trackbacks are currently closed.