ADAPTION AU THÉÂTRE DE ALLAH N’EST PAS OBLIGÉ

DATE: 2006-2010

LIEU: Festival d’Avignon/ Paris (Lavoir Monderne) /Vénézuela/ La Réunion / Équateur / Reprise à Paris au Lucernaire (en 2009-2010)

DESCRIPTION DU PROJET : En 2004, Éloïse Brezault organise avec l’Association des Chercheurs en Littérature Francophone un hommage à l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma, récemment décédé (en décembre 2003). Elle contacte deux amies Vanessa Bettane et Caroline Filipek pour faire des lecture. C’est là que naît le formidable projet d’adapter Allah n’est pas obligé au théâtre. Après 2 ans de travail acharné, l’aventure devient réalité et le projet est monté pour la première fois au Festival Off d’Avignon en Juillet 2006, sous la direction de Laurent Maurel. Le projet a été subventionné par la Mairie de Paris.

Avec : Vanessa Bettane ((ou Tatiana Werner) et Caroline Filipek
Mise en scène : Laurent Maurel
Dramaturge : Éloïse Brezault / Laurent Maurel
Vidéo : Guaritoto Gonzalez
Lumière : Bruno Brinas
Musique : Frédéric Ozanne

NOTE D’INTENTION DE LA MISE EN SCÈNE : Sur un plateau nu, deux femmes blanches se font conteuses et prennent en charge le récit de Birahima. Mettant en valeur la musicalité du texte et l’originalité de cette langue issue d’un mélange de cultures, fidèles à l’impertinence d’un langage mis à nu, non excusé et non encombré, les deux comédiennes n’ont plus ni âge, ni nationalité, ni couleur de peau. Elles sont page vierge pour que le spectateur puisse façonner son propre Birahima. Dans cet aller-retour constant entre fiction et réalité, conte et théâtre, se succèdent, dans un décalage certain, envolées poétiques, numéros à la limite de clown et témoignages proches du reportage de guerre.

Pour laisser toute amplitude au jeu des actrices et à l’imaginaire du spectateur, un dispositif composé de plusieurs écrans où se projettent images vidéos et jeux d’ombres chinoises permet d’apporter un complément d’informations ou une ambiance visuelle ou sonore …
Avec Allah n’est pas obligé, il s’agit ici explorer toute la complexité d’un enfant-soldat à la fois victime et bourreau. Au fil du spectacle, la théorie facile du « monstre » est écartée et c’est à cet enfant que nous nous identifions, dans sa quête de repères, d’amour et de foi autant que dans ses actes les plus monstrueux, dictés par le seul impératif de la survie.

DANS LA PRESSE :
« Beau décalage entre récit d’horreur et les grands sourires » (Libération du 11 Juillet 2006)

« Aux descriptions les plus insoutenables font contrepoint l’énergie salvatrice, le ton drolatique et l’esprit de farce « carnassière » qui préservent l’intensité de l’adhésion » (Le Point du 13 juillet 2006)

« C’est un montage “minimaliste” avec de nombreux changements de rythme qui font passer le spectacteur par différents états d’âme : il le transporte du rire à l’étonnement et du simple constat aux pleurs. » (El Nacional du 20 Mai 2007, Caracas, Venezuela)

« La compagnie Réunionnaise « l’Antre Deux » a pris un biais intelligent et pertinent pour mettre en scène cette œuvre. C’est un superbe travail de mise en scène, bravo Laurent Maurel, c’est superbement bien joué par deux splendides comédiennes… » (La Marseillaise du 29 Juillet 2006)

« Tout est intelligible, fort et bouleversant. Une création originale à voir absolument (…). Le langage pur de l’auteur s’avère merveilleusement restitué par la mise en scène. » (La Provence du 25 Juillet 2006)

« On est happé par les mots, par la chorégraphie (…) de ces deux corps, par le mélange d’absolue férocité, d’inattendue tendresse que déverse ce texte. » (Le Midi Libre du 22 Juillet 2006)

« Un tour de force.» (Vaucluse Hebdo du 14 Juillet 2006)

« Ces femmes pourraient être africaines, ou croates, ou serbes, ou tchétchènes… Cette voix unique est celle de la persécution. Elle capte toute l’attention du spectateur, le cloue sur place, lui coupe littéralement le souffle. C’est grotesque et sublime, poignant et distancié : une grande réussite. » (Theatreonline.com de juillet 2006)

« On est sous le charme, on rend les armes du jugement. L’alchimie du théâtre a marché ! » (L’Avant-Scène Théâtre de juillet 2006)

QUELQUES PHOTOS DU SPECTACLE :

This entry was posted in Projets. Bookmark the permalink. Both comments and trackbacks are currently closed.